Ignorer et passer au contenu
Tapering Tips

Pointes effilées

Je suis maintenant dans la dernière semaine avant ma course la plus longue de tous les temps, le Western States Endurance Run 100 miles. La plus longue distance que j'ai parcourue auparavant est de 100 km, donc les 60 derniers km seront en territoire inconnu.

Quand je courais sur piste, je savais à quel point je voulais m'entraîner, me reposer et m'effiler avant une course importante. Courir des ultras et du trail j'ai aussi appris à quel point je voulais me reposer avant ces distances pour bien performer. Le cône pour un 100 milles que je n'ai jamais fait auparavant. Je suis la même approche mais en ajoutant quelques jours de repos supplémentaires et des jours faciles, car oui, un 100 milles est long et j'ai besoin de stocker de l'énergie supplémentaire. Pour les courses courtes, vous pouvez être « trop reposé » et vous sentir paresseux le jour de la course, mais pour les courses plus longues, je ne pense pas que vous puissiez être trop reposé. C'est presque bien de commencer la course en se sentant un peu lent et lourd, car il y a beaucoup de temps pour se lancer et entrer dans la course.

Psychologiquement, beaucoup de gens n'aiment pas le tapering et deviennent anxieux lorsqu'ils réduisent l'entraînement avant une course. En fait, cette partie ne me dérange pas du tout. La plupart du temps, je m'entraîne beaucoup, donc je profite de temps en temps de quelques jours de farniente où je peux rester au lit à lire et à manger des collations au milieu de la journée. Mentalement, il est important que j'aie du temps seul avec peu d'impressions, d'émotions ou de personnes avant une course.

Mon corps a besoin de passer en mode repos et mon cerveau aussi ! Je remarque qu'avant les grandes courses, je ne me débrouille pas très bien avec les sons forts et le bruit. Mon cerveau fonctionne aussi bien avec le moins d'activité et d'impressions possible car il a aussi besoin de se reposer et de rassembler de l'énergie avant d'être pleinement concentré sur la course, de prendre les bonnes décisions, de pousser le corps et de pouvoir gérer la fatigue pendant une course .

Je ne note pas spécialement comment mon corps se sent les jours avant la course car je sais par expérience que cela en dit très peu sur le déroulement de la course. J'espère savoir comment courir et je serai meilleur une fois en course qu'à l'entraînement.

C'est un processus de préparation pour une course, à la fois physiquement et mentalement, et la performance ne vient pas d'elle-même. Pour moi, c'est l'un des aspects intéressants d'être un athlète d'élite, d'avoir de grands objectifs et de grands rêves, de travailler pour eux et de voir s'il est possible de les atteindre.

Une grande bonne chance à tous ceux qui courent ces prochaines semaines et plus loin dans l'été !

N'oubliez pas, détendez-vous et profitez de votre cône !

/Ida

Article précédent
Article suivant

Panier

Votre panier est vide

Boutique